Esches animales : le temps nécessaire aux poissons pour s’habituer

appats amorce

Pour compléter les informations sur les esches animales, après avoir exposé comment on pouvait estimerla quantité d’esches dans l’amorce, je vous propose maintenant de s’intéresser à l’accoutumance d’un poisson à une esche spécifique.

Hormis le ver de vase et le fouillis, les poissons ne rencontrent pas habituellement les esches qu’on leur propose.

Ils peuvent gober un ver de terre entraîné par le courant lors d’une crue ou des asticots échappés d’une carcasse, mais ça reste exceptionnel. Pas au point d’expliquer que les poissons les reconnaissent immédiatement comme des proies habituelles.

Beaucoup de pêcheur au coup croient que les asticots seraient des appâts naturels pour les poissons en revanche ils écartent les casters.

Les premiers ne nécessite­raient pas d’accoutumance préalable tandis qu’il faudrait amorcer plu­sieurs jours à l’avance pour espérer prendre des poissons avec les seconds !!!

Je ne comprends pas pourquoi. Les casters et les asticots sont issus des mêmes mouches !

Dans le milieu naturel, la probabilité pour un poisson de rencontrer un asticot ou un caster est la même !

Pour moi, si une esche ne donne pas de bons résultats, c’est donc tout simplement qu’elle n’était pas adaptée au poisson, au lieu ou encore à la saison.

J’ai suffisamment réussi de belles pêches avec des pellets ou des casters à des endroits totalement sauvages ou pas un seul pêcheur n’en avait utilisé avant moi pour en être certain.

L’accoutumance n’a pas lieu d’être. C’est pour cela qu’il est important d’avoir plusieurs esches quand on pêche un plan d’eau pour éviter la broucouillette.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*