Osez le rotengle, ce que vous devez savoir

Le rotangle est un poisson fantastique à attraper, et garantira les morsures toute l’année. À première vue, le rotangle ressemble beaucoup à un gardon, et il est facile pour un nouveau pêcheur à la ligne de penser qu’ils sont de la même espèce. Il a le corps aplati et la bouche est très petite, elle s’incurve obliquement vers le haut en fonction de ses habitudes alimentaires en surface.

Lire la suite…

27Fév
1

6 étapes pour utiliser un maggot clip correctement

Vous êtes-vous déjà demandé comment pêcher la carpe avec un tas d’asticots se tortillant sur un cheveu? Eh bien voici comment vous pouvez le faire facilement et rapidement à l’aide du Korda Maggot clip. J’en avais parlé, il y a quelques années dans ce blog.

Tous les pêcheurs pensent trop souvent qu’ils ont besoin de recourir soit aux bouillettes soit aux pellets pour attraper de carpe grande, mais c’est la mauvaise façon d’aborder ces espèces.

Bien souvent, ces gros poissons qui ont vu bouillettes et pellets à maintes reprises, ceux sont retrouvés sur des tapis de réception, chevauché par un pêcheur tenant une paire de pinces. Un pêcheur avec cette ligne de pensée aura réalisé cela et viendra souvent armer d’une technique différente. Peut-être une bassine remplie de plusieurs litres de larves juteuses et se tortillant dans tous les sens !

Un tas d’asticots peut souvent mener à la prise de grosses carpes, mais savoir présenter ces appâts vivants de façons efficaces peut déstabiliser de nombreux pêcheurs. C’est pourquoi le Korda Maggot clip a été inventé.

Voici comment en utiliser un …

La suite de cet article est réservé aux membres de ce blog.
Connectez vous pour lire la suite

:
:

Pas encore inscrit ? Inscrivez-vous !
C'est 100 % gratuit

Mot de passe perdu ? Cliquez ici...

17Fév
0

Voici pourquoi ne pas négliger les bordures quand on pêche la carpe

Cet article est une complément de l’article que j’avais écris il y a quelques années sur la pêche de la carpe en bordures. Avez-vous déjà discrètement inspecté les bords d’un étang ou d’un lac lorsque vous arrivez quand vous pêchez la carpe?

Vous devriez si vous voulez améliorer votre taux de prises. Les pêches à la carpe sur les bordures peuvent être extrêmement productives si vous trouvez la bonne place et appliquez les bonnes tactiques de pêche.
Je trouve étonnant à quel point beaucoup de pêcheurs de carpes ignorent les bordures lors de la pêche. Ils voient tout ce qui a en face d’eux et croient que le poisson doit être là-bas.

pecher la carpe en bordures

Je vois souvent des pêcheurs de carpes pêcher avec trois cannes uniquement à l’horizon. Avec tant de pêcheurs à la ligne présents, ils rendent les bordures un endroit sûr pour la carpe et donc par conséquent un endroit à exploiter. En fait, les bords peuvent même être les meilleurs endroits pour cibler la grosse carpe.

Tant que vous êtes au calme lors de l’installation et de la pêche, vous pouvez prendre du poisson à partir des bords dans la plupart des lacs et des étangs.

Les carpes ont une bonne audition et sera donc en mesure d’avoir les vibrations des rive environnantes, ainsi vous n’avez pas besoin d’être aussi silencieux que possible.

Pendant votre session, essayez de rester caché autant que possible, ou vous mettre bas lorsque vous approchez de l’eau. Essayez de toujours porter des vêtements foncés vert ou brun, ou mieux encore utilisé des vêtements de camouflage.

J’ai l’habitude de définir le bivouac un peu loin du bord de l’eau ou de tenter d’être caché derrière un arbre. J’essaie de marcher d’un pas léger (et ceux qui me connaissent savent que c’est une chose très difficile pour moi 😉 ) .

En suivant ces conseils, vous pourrez espérer garder la carpe sur les bordures.

Maintenant, quelle tactique pouvez-vous utiliser pour capturer des carpes dans les bords?

Les bordures de pêche est encore plus important si les pêcheurs de carpes ont tendance à pêcher à distance. Cela signifie que les carpes sont souvent sous pression au large.

Les poissons deviennent plus prudents et hésite à prendre l’appât quand il est au large au milieu de l’étendu d’eau. Finalement, les poissons ont appris que les aliments trouvés dans les bords sont plus sûr.

L’astuce consiste à trouver les caractéristiques les plus subtiles, plutôt que les plus évidentes comme les arbres en surplomb, les rives d’une ile, etc..

Beaucoup de pêcheurs prennent pour cible les éléments les plus évidents ce qui en font des endroits dangereux aux yeux de la carpe. Je pense que les meilleures caractéristiques pour trouver la carpe sur les bords sont des rives inférieures ou tout autre point saillant, signes qui sort de l’eau, de petits buissons de roseaux, des nénuphars, etc..

bordures pour carpe

Parfois, les meilleurs bordures pour les poissons sont ceux qui sont loin de toutes perturbations possibles. Les rives loin du la route ou du sentier sont celles que les autres pêcheurs de carpes ont tendance à utiliser.

Essayez de trouver des bordures de lacs ou de lacs où les autres pêcheurs n’ont pas l’habitude de cibler. Ils ne peuvent pas être ciblés par les autres pêcheurs parce qu’ils ne sont pas des spots d’alimentation régulièrs pour la carpe, mais ils peuvent être des zones où la carpe se sent en sécurité.

Une fois que l’appât a été introduit il y a de forte chance que la carpe commence à se nourrir assez rapidement.

Le plus grand avantage de la pêche au niveau des berges est la possibilité de placer vos appâts facilement et avec précision. Vous pouvez également placer les montages sur le fond avec facilité éliminant ainsi la malchance de les emmêler.

Un autre avantage de pêcher la carpe sur les berges, c’est que l’indication des prises est beaucoup plus sensibles lorsque la carpe ramasse l’appât. Il y a moins de distance de ligne de la canne à l’hameçon ce qui signifie qu’il y aura moins de ligne à ramener.

Une autre tactique consiste à utiliser des montages spécifiques pour améliorer encore la sensibilité dans l’indication des touches. Je vous parlerai des montages une prochaine fois.

Il permettra également de réduire les chances de décrocher une carpe du montage en utilisant le poids d’un plomb semi-fixe. Quand je pêche dans des endroits étroits, j’utiliser des lignes très souple avec les bobines reposant sur le sol de sorte que ma ligne fixe soit à plat sur le lit du lac et hors du chemin de la carpe, elle se méfiera moins de cette façon.

Comme dernier conseil, méfiez-vous des bords où le vent colore l’eau. J’ai su de bonne source que les petites particules en suspension de boue ou de gravier des lits de lac peuvent se coincer dans les branchies de la carpe donc elles évitent ces endroits.

Si c’est effectivement les carpes qui ont coloré l’eau alors cela peut être très productif!

Demain, je vous résumerai les 10 raisons pour pêcher les bordures à la carpes.

Donnez moi vos impressions sur cet article dans les commentaires.

15Fév
0

5 conseils pour protéger vos carpes hors de l’eau

Il est d’une importance vitale pour l’avenir de notre sport que tous les poissons que nous capturons soient remis à l’eau en aussi bonne état qu’ils étaient avant que nous les avions attrapés.

Les dommages que nous leur causons, même s’ils sont accidentels, conduiront inévitablement à l’affaiblissement des poissons ou même à leur mort. Il est de notre devoir de nous assurer de bien les traiter et de veiller à ce qu’ils s’éloignent tranquillement afin de les préserver et les reprendre dans plusieurs années.
C’est pour cela que je vais revenir aujourd’hui sur les éléments essentiels à la préservation de la carpe quand nous devons la sortir de l’eau. Je parlerais de :

  • la manipulation de la carpe hors de l’eau,
  • comment décrocher correctement un hameçon
  • la manipulation sur le matelas
  • l’utilisation des bourriches
  • retour à l’eau

protection carpe

Manipulation du poisson

Tous les poissons sont recouverts d’une couche protectrice de mucus, notre première préoccupation lorsque nous attrapons un poisson est de nous assurer de ne pas enlever trop de cette barrière de protection si jamais vous utiliser une serviette ou un chiffon pour attraper votre carpe.

Chaque fois que vous attrapez votre poisson:

  • Ayez les mains mouillées ainsi que les avant-bras !
  • Prenez le poisson pour une durée aussi courte que possible avant de le retourner à l’eau.
  • Maintenez votre poisson fermement pour qu’il ne glisse pas des mains, mais pas trop fort vous pouvez faire des dégâts à ses organes internes
  • .

Enlever l’hameçon

Regardez si le poisson est ferré. Si vous pouvez voir que l’hameçon est dans la bouche du poisson, vous pouvez le décrocher avec les doigts ou une pince s’il s’agit d’un grand hameçon. Tenez le poisson fermement et avec la hampe de l’hameçon serrée entre votre pouce et l’index poussez le hors de la bouche du poisson dans la direction opposée à la façon dont il a pénétré.

Avec des hameçons sans ardillon, ce sera une opération simple, mais avec un hameçon à ardillon, vous pouvez avoir besoin de le tortiller d’un côté à l’autre pour desserrer l’emprise de l’hameçon.

Si vous ne pouvez pas voir l’hameçon, cela veut dire qu’il sera accroché dans la bouche ou plus où vous ne serez pas en mesure de l’atteindre avec vos doigts. Vous aurez besoin d’utiliser un dégorgeoir – une tige de plastique mince avec une fente de type barillet sur la fin pour saisir l’hameçon.

Tenez la ligne raide et faites glisser le dégorgeoir le long de la ligne jusqu’à ce que vous atteigniez l’ hameçon (l’enveloppement de la ligne à travers le dégorgeoir peut aider), poussez doucement le dégorgeoir et l’hameçon de vous pour libérer l’hameçon et retirez-le doucement de la bouche du poisson. Encore une fois cette opération est beaucoup plus simple avec des hameçons sans ardillon.

Si vous ne pouvez pas avoir l’hameçon essayez d’obtenir l’aide d’un pêcheur expérimenté ou couper la ligne au plus près de l’hameçon, comme vous pouvez. Ne jamais essayer de faire sortir l’hameçon du poisson en tirant simplement sur la ligne.

L’utilisation d’un matelas de reception :

Lorsque vous ciblez certains spécimen de poissons aillez toujours un matelas de réception avec vous.

C’est un tapis matelassé imperméable à l’eau conçu pour empêcher les poissons de ce débattre sur des surfaces rugueuses pendant que vous êtes en train de le décrochez et de le peser.

Après avoir sortie votre prises de l’eau avec l’épuisette, poser le doucement sur le tapis de réception (idéalement mouillé) où vous pouvez en toute sécurité le décrocher, le peser et le photographier sans lui faire de dommage.

Si vous envisagez de le garder hors de l’eau pour prendre des photos c’est une bonne idée pour d’avoir un seau plein d’eau afin que vous puissiez le garder mouiller, non seulement il va garder le poisson sain il fera des images de meilleure qualité.

Utilisation des bourriches :

Si vous allez utiliser une bourriche assurez-vous qu’elle est complètement étendue et ne s’effondre pas sur elle-même.

Assurez-vous que l’eau soit assez profonde pour couvrir les complétement les anneaux.

Ne conservez pas le poisson dans une nasse plus longtemps que cinq ou six heures, surtout par temps chaud lorsque les niveaux d’oxygène dans l’eau sont plus faibles en eau peu profonde, et toujours garder un oeil sur le poisson.

S’ils commencent à montrer des signes de détresse relâchez les immédiatement.

Le retour du poisson à l’eau

Ne jamais laisser tomber ou jeter des poissons dans l’eau.

Descendez au niveau de l’eau et placez-les soigneusement à l’eau afin de ne pas leur causer trop de stress.

Avec les gros poissons tenez les dans l’eau, dirigée vers l’amont, jusqu’à ce que vous les sentez prêt à nager, cela est particulièrement important quand ils se fatiguent complètement dans la lutte et ont tendance à flotter ventre en l’air et de mourir si vous ne leur permettez pas de récupérer correctement.

remise a l'eau d'une carpe

Voici quelques mesures simples de traiter notre poisson préféré qu’est la carpe. Si vous faites attention à ces recommandations vous pourrez en profiter plus longtemps. Et si vous voyer un pêcheur maltraité un poisson dites lui gentiment de faire attention 😉

Donner vos réactions à cet article dans les commentaires.

14Fév
0

Voici ce que vous devez savoir sur le gardon

Un article de « connaissance de base », qui serait bienvenu pour les débutants et sera une piqure de rappel pour les autres pêcheurs. La pêche du gardon est quelque chose de particulier pour moi. J’ai longtemps cherché à faire des bourriches de plusieurs centaines de gardons en 3 ou 4 heures de pêche.
C’était un de mes objectifs quand j’ai commencé à pêcher. Le gardon est un poisson populaire et très populaire dans nos eaux mais en attraper par centaine, c’est une autre histoire.
gardon
Je vous propose pour commencer sur le thème de la pêche du gardon, les principales connaissances de base autour de ce poisson répandu qu’est le gardon.

Le gardon est l’une des espèces les plus abondantes et populaire en France avec son mince corps couleur argent, son dos bleu verdâtre et sa nageoires rouges très distinctif, il est devenue un spectacle familier pour la plupart des pêcheurs.

Il s’épanouit dans un large éventail de milieux aquatiques, des sombre canaux et étangs urbains aux immenses réservoirs clairs en passant par es grandes rivières rapides, ce qui le rend facilement accessible aux pêcheurs de tout les pays.

Il se reproduit au printemps produisant ses œufs collants jaunâtres dans des eaux peux profondes chargées de mauvaises herbes où les alevins trouvent refuge lors de leurs premières semaines de vie.

Le gardon pond jusqu’à 20.000 œufs par kilo de poids corporel, ce qui explique en partie pourquoi ils sont si nombreux et répandus dans nos eaux.

Il est fortement apprécié par le brochet, la perche et autres carnassiers et dans les eaux claires, le pourcentage d’alevins qui survivent à l’âge adulte est faible. Mais si vous êtes à la recherche de grand gardon en eaux claires, comme les réservoirs et les gravières, les endroits où vivent les brochet et les perches sont de bons endroits pour essayer, avec un taux de survie inférieur à la normal ils poussent le gardons à grandir de plus en plus.

Dans les petites eaux colorées sans prédateurs la population de gardon peut ressentir un retard de croissance à cause d’un trop haut taux de concurrence pour la nourriture peu nombreuse.

Le gardon est étroitement liés aux rotengles et la brème, que ces espèces apparaissent au même moment et souvent dans les mêmes lieux n’est pas si rare. Leurs œufs peuvent être fécondés par croisement menant à l’hybridation, avec les hybrides « gardon-brème » « gardon-rotengle » donnant souvent naissance à des poissons beaucoup plus grand que les vrais gardons.

Des informations importantes sur son régime alimentaire

La bouche du gardon nous dit que ce sont essentiellement des poissons qui se nourrissent dans le fond mais il se nourrit souvent entre deux eau et peuvent parfois se nourrir à la surface.

Dans la nature il se nourrit principalement d’insectes et de larves d’insectes et d’autres matières végétales, mais fortement recherchés par les pêcheurs, ils leur fournissent une grande partie d’asticots, de vers de vase, de casters, de chènevis etc étant les appâts naturels favoris.

caster pour gardons

Des appâts moins conventionnels comme les pellets ont fait leur apparition avec un succès certains. Les gardons mordent également aux appâts que recherche la carpe comme le maïs et ses dérivés et même des bouillettes peuvent être consommés avec enthousiasme par quelques spécimens certains carpistes vous le dirons volontiers.

Comment attraper le gardon ?

Le gardon est un poisson prudent tout le temps sur le qui vive. Il est très suspicieux et au moindre doute il recrache l’appât. La difficulté dan la pêche du gardon et de rester avec une certaine constance et continuité dans le nombre de prise. C’est généralement comme ça que l’on reconnait les bons pêcheurs 😉

La pêche du gardon est une pêche de finesse qui ne laisse pas la place à l’approximation dans le choix du matériel: du fil, du flotteur et de l’hameçon. Tout doit être en concordance.

On attrape souvent de belle bourriche à la grande canne en étang et surtout dans les canaux. Si les plus beaux spécimens vous intéressent je vous recommande l’anglaise avec un wangler adapté, pour aller les chercher au large. Le gardon mord quasiment toute l’année et même en hiver, on peut faire de belles bourriches.

C’est le poisson que les pêcheurs débutants recherchent généralement et c’est un bon choix car c’est une espèce abondante qui comblera beaucoup de novices.

Voici quelques bases de connaissance sur le gardon, je vous invite à donner votre avis sur cet article dans les commentaires.

13Fév
0

5 meilleurs appâts pour pêcher le brochet au poisson mort posé

Cette semaine, je vous ai parlé dans l’article : Le brochet, où peut-on le pêcher et avec quoi ?
d’utiliser des poissons morts. Je ne vais pas vous parler du gardons de la brème ou du goujon, non !! ça sera bien autre chose …

Les poissons sont l’aliment principal des brochets, silures, sandres et grosses anguilles. De nombreuses espèces s’alimentent de poissons vivants et morts, il est donc logique d’utiliser des poissons morts, sous toutes leurs formes, pour attraper ces poissons.

Premièrement, il vous faut savoir où vous pêchez autorise l’utilisation ou non des appâts mort et/ou vivant.

Cette décision est prise pour protéger la population de pêche des lacs et étangs naturels. Elle permettra d’éviter aux petits poissons d’être capturés et tués pour être utilisé comme appât, mais surtout elle permet d’éviter l’introduction des souches de virus d’une eau à un autre par le biais des pêcheurs.

Mais, si les règles de la pêche vous permettent d’utiliser les poissons d’eau de mer ou d’eau douce voici ce que je vous suggére de faire …

Quand la cible est le grand brochet, les poissons morts d’eau de mer sont souvent le meilleur choix. Pour le sandre, l’anguille et le poisson-chat, les poissons morts d’eaux douces semblent mieux fonctionner.

Les 5 types de poissons morts d’eau de mer à utiliser pour le brochet

La suite de cet article est réservé aux membres de ce blog.
Connectez vous pour lire la suite

:
:

Pas encore inscrit ? Inscrivez-vous !
C'est 100 % gratuit

Mot de passe perdu ? Cliquez ici...

10Fév
0

Pourquoi utiliser des appâts de qualité pour pêcher la carpe ?

Avec l’explosion de la pêche à la carpe en France, il y a maintenant de nombreux lacs ou étangs qui sont plein à craquer de pêcheurs de carpes. Cela signifie qu’il y a une grande quantité d’appâts différents dans les mêmes étangs à des périodes régulières.

En conséquence, les carpes ont maintenant un vaste choix. Il est inévitable que, les carpes ont essayé un peu de tout sur notre palette d’appâts, elles choisirons le meilleur appât disponibles. Elles choisissent souvent une source de nourriture qui soit fraiche, de bon goût et qui leur fournit une alimentation complète.

Pour le pêcheur de carpe qui choisit un appât peu cher, une amorce mal préparé, peu odorante ou avec une durée de conservation très réduite, il pourra ne blâmer que lui-même s’il n’attrape que très peu voir aucune carpe.

 pecher la carpe avec des appats de qualité

Les bouillettes bon marché sont-elle bonnes pour la carpe ?

Avec des bouillettes pas chere on ne peut capturer de carpe dans un étang surpêché, mais avec de la qualité, les appâts frais donnerons toujours les meilleurs résultats. Bien que je connaisse des exceptions à cette règle 😉

Ce n’est pas parce qu’un appât sur le montage sent bon pour nous, que cela signifie que la carpe le trouvera à son gout. Les carpes sont attirées par toutes les sources potentielles de nourriture, mais si le goût est mauvais, elles seront moins enclines à rechercher cette source, à moins d’une pénurie alimentaire. Toujours utiliser des appâts de qualité!

Les plus des appâts à carpe de qualité

Si vous avez le choix, je crois qu’il est préférable de choisir un appât qui a bon goût et qui est très nutritif, plus qu’un appât qui a une forte attraction.
Oui, la carpe trouve généralement en premier l’appât le plus attractif, mais s’ils sont sur-aromatisés ou s’ils ont des arrière-goûts amers, elle peut cesser d’en manger !

Et cela va considérablement réduire vos chances de prises. Vous avez besoin d’attirer la carpe sur votre appât, ce qui signifie leur donner la nourriture qu’elles veulent manger. Après un moment, elles finiront par prendre l’hameçon!

Des appâts de qualité vous donne un gain de confiance

Si vous utilisez des appâts de bonne qualité, vous pourrez pêcher en toute confiance, sachant que la carpe aime l’appât que vous utilisez. Cela signifie que vous pouvez vous concentrer plus sur le choix de l’endroit et / ou des meilleures montages ainsi que les meilleurs tactiques de pêche adapté à vos choix.

Ayant confiance en votre appât cela vous donne la chance d’éliminer ce problème dans le cas possible de non-capture. En utilisant des appâts que vous savez apprécier par la carpe signifie que le problème n’est pas l’appât si jamais vous n’arrivez pas à prendre des carpes!

Vous pouvez ensuite attirer votre attention sur d’autres facteurs comme les montages ou les tactiques de pêche.

Deux sujets qui seront prochainement abordés sur ce blog !
Donner votre avis sur cet article dans les commentaires.

09Fév
0

Le brochet, où peut-on le pêcher et avec quoi ?

Hier j’ai commencé un article parlant de généralité sur le brochet, j’ai évoqué son habileté naturelle à se confondre avec son milieu ambiant. J’ai aussi aborder le thème de l’alimentation de ce super prédateur d’eau douce.

Aujourd’hui, nous allons voir rapidement sa reproduction et nous allons nous attarder sur les endroits où on peut pêcher ce carnassier magnifique. Je finirais cet article en vous présentant les 3 grandes familles d’appâts pour pêcher le brochet.

La reproduction du brochet

Le brochet fraie généralement en avril, plus tôt que la plupart des autres espèces de poissons, puis vont s’alimenter grâce aux milliers d’autres poissons qui fraient quelques semaines plus tard.

Trois ou quatre mâles vont accompagner une femelle sur le point de frayer, et ensemble, ils trouveront les zones herbeuses peu profondes où les œufs peuvent être pondus. Les œufs, une fois posés, les mâles vont pulvérisé la laitance sur eux.

Ils vont éclore dans les deux semaines et les alevins se développent rapidement, se nourrissant de plancton et de petits crustacées, puis d’insectes aquatiques, ainsi que les alevins des autres poissons, tout en restant proche des hautes herbes pour leur sécurité.

Où trouver le brochet

La connaissance des différents habitats est point d’embuscade du brochet nécessiterons beaucoup d’imagination et de persévérance. Il ne se fait par remarquer comme la carpe, la brème ou la tanche en envoyant à la surface des tas de bulles. Il faut être beaucoup plus observateur que ça pour en dénicher un.

En rivière, fleuve et canaux
Le brochet est très paresseux, tellement qu’il est très rare dans trouver un dans des eaux rapides et turbulentes.
pont
Ils sont généralement présents dans les secteurs ou les bancs de gardons, brèmes, chevesnes ou vandoises vivent, car ils n’aiment jamais être trop loin de leur prochain repas.

Comme ils préfèrent tendre des embuscades aux poissons, ils se cachent dans les touffes de joncs, les grands roseaux, les arbres submergés, les remous lents, les canaux profonds, dans le lit du fleuve, dans des trous dans les virages, à la confluence d’un fossé ou d’un courant latéral, ..etc.

L’été ferra apparaitre des brochets parmi les feuilles de nénuphar , le long des berges des rivières lentes. Pendant l’hiver, quand les nénuphars auront disparu, le brochet se cachera dans les secteurs plus profonds.

Eaux calmes
Les habitats en eau profonde où le brochet est trouvé pendant les mois d’hiver ne sont pas toujours évidents. Les eaux calmes exigent un travail préparatoire avec un fil à plomb pour établir un plan du périmètre du fond. C’est beaucoup plus facile si vous avez recours à un bateau. Est encore plus rapide avec un échosondeur, bien que seulement un faible pourcentage de pêcheurs utilise ces derniers actuellement.
Arbre immergeroseaux
Pendant les périodes de basse température, les bancs de petits poissons chercherons refuge dans les parties plus profondes de l’eau. Le brochet est conscient de cela et sera donc pour la plus grand partie dans la même zone. Ils ne s’éloignent jamais du garde manger.

Avec quoi peut-on attraper le brochet ?

Je peux les regrouper en 3 grandes familles et ces familles peuvent eux même se subdiviser. Je ne les développerait pas ici dans un article généraliste. Mais on peut citer :

      le poisson mort (les poissons à forte odeur sont particulièrement prisés comme la sardine par exemple)
      sardine poisson mort
      le vif
      pecher au vif
      les leurres, alors là ! vous avez l’embarras du choix !

Pour conclure, on peut dire que le brochet est un carnassier magnifique qui aiguise l’appétit de nombreux pêcheurs. C’est le poisson noble par excellence. Il est le plus recherché à l’ouverture du carnassier. Il a par ailleurs une fonction écologique. Le brochet contribuent à maintenir un équilibre entre prédateurs et proies. On peut le trouver encore aisément dans nos eaux.
Il se pêche aux Etats-Unis, au Canada, en Europe et en Asie septentrionale.

08Fév
1

Tout ce que vous voulez savoir sur le brochet

C’est l’hiver, il avoisine les -10°C, je ne pense pas que beaucoup d’entre vous aille à la pêche en ce moment. Je vous propose un petit rappel sur notre carnassier préféré qu’est le brochet. Je vais vous parler de sa pigmentation, de son alimentation, de sa reproduction, de ces lieux préférés pour chasser ou attendre sa proie.

Bref tout ce que vous avez besoin de connaître sur le brochet, vous allez l’apprendre ici !

Une étude britannique a permis de mettre à jour les restes fossilisés de brochet. Elle montre que le brochet a vécus plus longtemps que toutes les autres espèces d’eau douce dans les îles britanniques, montrant que ce n’est pas seulement l’ultime prédateur, mais aussi le dernier survivant.

Un grand brochet possède une queue puissante qui le propulse vers l’avant à une vitesse impressionnante. Un brochet attrape sa proie le plus souvent, cependant, en raison de son mauvais timing elle lui échappe de temps en temps.
Ses mâchoires colossales lui permettent d’avaler n’importe quelle proie plus petite que lui, même si celle-ci est faite de fourrure, de plume ou d’écailles. Il ne se pose pas trop de question !

Dans la plupart des pêcheries, un brochet pèse autour de 9kg , ils mesurent habituellement autour de 1m. Son potentiel de poids final est probablement 22kg.

La pigmentation du brochet, un habit de camouflage exceptionnel

Les brochets ne sont pas seulement physiquement plus affutés que tous les autres poissons d’eau douce,

      leurs vue,
      leurs ouïe et
      leur sonar

sont toute aussi extraordinairement développer. Mais ils sont aussi sans égal dans la coloration de leurs motifs de camouflage.
brochet

La couleur gris verte en zigzag au travers leur dos et le réseau complexe de taches le long de leurs flancs sont accentués dans l’eau claire. Astucieusement, la couleur des brochets change en fonction de la couleur de l’eau.

Il a un habit de camouflage pour toutes sorte d’endroits. Il permet d’être confondu dans son milieu naturel. Bien des proies passent à coté de lui grâce à ce fabuleux artifice sans même le remarquer.

L’alimentation du brochet

Incorporé dans la mâchoire inférieure d’un brochet de grands dents acérées, lui permette de tenir ses proies hors de combat. Dans la mâchoire supérieure, des petites dents ,se comptant par centaines, sont dirigées l’arrière poussent la proie vers la gorge du brochet et empêchent toute échappatoire.

dents du brochet
Le plus souvent, le brochet chasse en embuscade entre des tiges de roseau, mais ils seront également faire d’esprit d’équipe afin conduire un grand banc de poissons ou de petits alevins dans un domaine comme une petite baie, où il n’y aura pas d’autre issue que les gueules grande ouverte des chasseurs !

Le brochet sera aussi récupérer les poissons morts ou mourants qu’ils trouvent sur le fond.

Il avale les petits poissons immédiatement, mais avec des repas plus copieux il aborde sa nourriture sur le côté de manière à ce qu’elle ne s’échappe pas, puis, en utilisant sa langue ressemblant à du papier de verre, il va la tournée et l’avaler la tête la première.

Le brochet mange beaucoup moins et beaucoup plus lentement pendant les périodes hivernales rigoureuses. En raison de son système métabolique fortement ralentie, obligeant le brochet à prendre plus de temps à tourner et à avaler un repas qu’il ne l’aurait pendant l’été. C’est quelque chose d’intéressant a garder à l’esprit lors de la présentation des appâts.

Quand vous lui présentez un gros appâts, il ne l’aura pas immédiatement avalé et lorsque vous ferez, il ne l’a pas encore retourner et sans la résistance et la pression. Quand le brochet sent la pression du bout de la canne, il ouvrira sa gueule et laissera échapper l’appât.

Ils mangent d’autres poissons, rongeurs, oiseaux aquatiques, amphibiens et crustacés comme les grandes écrevisses.

Je vous parlerez demain du système de reproduction du brochet , des endroits où vous pouvez les pêcher et avec quoi. Je vous attends demain pour la suite.

Donner votre avis sur cet article généraliste sur le brochet dans les commentaires.

07Fév
0

Guide des amorces plus de 140 recettes pour toutes les situations de Patrick Guillotte

Il ne sont pas nombreux à traiter du sujet de l’amorce comme si c’était un secret. Le Guide des Amorces, de Patrick Guillotte, le fait et de belle manière.

Je vais vous expliquer pourquoi je conseille ce livre, et pourquoi je le trouve « différent » de ce qu’il se fait d’habitude. Il permet de dépoussiérer les vieux livres sur le sujet.

Mais je vous propose avant cela, de vous présenter ce que vous pouvez y trouver.

guide des amorces

    I. Introduction

      A. Les ingrédients
      Extraits :

      L’amorce… S’il est un sujet qui alimente les conversations entre pêcheurs au coup, ainsi que les fantasmes, c’est bien celui la ! On se souvient de l’époque où les grands champions interdisaient à quiconque de mettre la main ou le nez dans leur « bac », recouvrant celui ci d’un voile pudique jusqu’au coup de pétard. Les mentalités ont heureusement évolué et les plus jeunes ont désormais accès aux recettes des meilleurs pêcheurs de notre pays.

        1. Les règles de bases
        2. Les chapelures
        3. Les biscuits
        4. Les farines et les tourteaux
        5. Les dérivés du maïs
        6. Les graines
        7. Les produits spéciaux
        8. Les terres et les sables
        9. Les arômes et les additifs

      B. La confection de l’amorce

        1. La composition de la recette
        2. Granulométrie et couleur
        3. Le mouillage
        4. Le tamisage

    II. Les recettes
    Extraits :

    Chaque recette est accompagné d’un petit conseil et d’une astuce pour en tirer le meilleur parti. Comme vous allez pouvoir le constater, ces compositions sont parfois très simple, et ne nécessitent pas toujours l’emploi de nombreux produits. Cela n’empêche pas leur efficacité – bien au contraire – et ne demande pas une science consommée de tous les ingrédients. Avec de telles recettes, vous êtes paré pour attirer toutes les espèces de poissons dans tous les lieux de pêche. Ces amorces constituent une base sérieuse pour le novice qui débute ou le pêcheur au coup déjà confirmé.

      A. A propos des recettes
      B. Les recettes de surface et fritures
      C. Les recettes étangs et lacs
      D. Les recettes canal
      E. Les recettes rivières
      F. Les recettes fleuve
      G. Les recettes de champions

Pourquoi j’ai apprécié ce livre et pourquoi je vous le recommande

Je dois dire que j’ai du lire tous les livres qui traitent du sujet de l’amorce.

La plus part d’entre eux focalise sur les farines dans ce livre Guide des Amorces, elles sont vues sommairement et ne sont pas détaillées. La description va à l’essentiel et sert juste au lecteur à ne pas rester sans savoir mais juste ce qu’il a besoin pour s’en servir.

Je pense que l’efficacité est ce qui a été recherché dans ce livre. Il veut aller à l’essentiel, tous les éléments ou presque qui entoure la préparation de l’amorce sont rappelés. C’est pour cette principale raison qu’il est un livre indispensable pour tous les pêcheurs au coup. Pour les débutants ou toutes les étapes principales sont expliquées mais aussi aux pêcheurs plus chevronnés qui ont tendance à passer certaines étapes.

Les 72 premières recettes sont détaillés selon les lieux de pêche mais pas forcément par rapport aux poissons recherchés. C’est un des point faible du livre. Vous allez avoir des recettes que je qualifierais de génériques ou il y a le nom des ingrédients et d’autres à bases de produits du commerce. Je pense qu’aucune marque n’a été oubliée: Decathlon, Sensas, Rameau, X21 la Sirène, Van den Eynde, Browning…etc

A partir de la recette 73, vous avez droit aux recettes de champion et la l’auteur a su s’entourer, les meilleurs de la spécialité sont présents : Desqué, Da Sylva, Vasseur, Béroud et beaucoup d’autres. Et chaque recette est accompagné du « secret du champion ». Le problème c’est qu’elles ne sont pas souvent localisées et spécifiques mais est ce que c’est ce que recherche le lecteur ? Je ne sais pas mais moi ça m’a manqué.

En tout cas le livre Guide des Amorces comporte beaucoup de bons conseils et apporte 140 recettes d’amorce ce qui n’est pas rien pour celui qui débute. Après avoir lu ce livre, l’amorce n’aura plus beaucoup de secrets pour vous !

Donner votre avis sur ce livre dans les commentaires.

06Fév
2