Bon ça s’écrit avec un b pas avec un c

C’est un billet d’humeur que je vous propose aujourd’hui. Ce n’est pas mon habitude mais j’en avais besoin. Je suis quelqu’un d’assez serviable normalement mais quand c’est trop c’est trop.
En ce moment, je suis dans la période tri de mails. A cause de mon déménagement, je n’ai pas beaucoup accordé de temps à mon blog ni à mes mails perso. Je reçois régulièrement des sollicitations pour écrire un article sur pêchemag : d’un nouveau site, un blog, un article,une BD, un livre ou d’un nouveau matériel de pêche.
C’est une bonne technique marketing, de contacter un site en place, pour contacter le coeur de cible de leur marché. Généralement, je ne fais pas ma mauvaise tête et j’accepte volontier et sans contrepartie surtout si c’est demandé poliment.

Il arrive que ça soit très professionnel et je suis contacté par un attaché de presse et il me fournit le communiqué de la sortie, des images et le travail est vraiment facilité.
Il m’est arrivé aussi d’avoir le livre ou la BD par la maison d’éditions. C’est plus facile dans ce cas, et je fais un article objectif beaucoup plus complet quand ça se produit. J’estime que si l’auteur n’a pas peur de confronter sa création aux critiques, il mérite une attention particulière.

Tout ça pour dire que j’ai reçu un mail d’une maison d’éditions, dont je tairais le nom, qui m’a assez énervé. Elle voulait que je fasse un article sur un nouveau livre de pêche qu’il vienne de publier. Je vous laisse apprécier :

Bonjour,
je vous adresse un communiqué de pêche concernant la sortie de XXXXXX ainsi que le visuel de couverture.
Merci de faire une information sur votre site.
Cordialement
yyyyyyy

On peut apprécier l’extrême concision du mail. Deux phrases marquantes pour moi:

  1. Vous noterez que dans la première phrase, il m’envoie un « communiqué de pêche » et non communiqué de presse
    • soit il veut faire de l’humour et là je me dit merde il a engagé Laurent Ruquiez pour me faire un jeu de mot à la con, digne des jeux de mots que l’on rencontre après un apéro bien arrosé entre collègues
    • où il a fait ça à la « va vite ». Et il s’est dit : »j’en ai rien à foutre de ces sites de m…. ces cons vont me faire de la pub gratis. » Après la lecture de cette première phrase, je n’étais pas très emballé pour en parler. Vous comprenez certainement pôurquoi. Mais c’est la deuxième phrase qui a mis un point final à ma décision.
  2. Pour la première phrase, j’aurais pu mettre ça sur le coup de la fatigue et dire bon ça passe. Mais cette deuxième phrase … Il ne manque plus qu’un gros point d’exclamation et un : »magne toi le cul, gros con ». C’est leur genre d’intonation qu’un supérieur enverrait à un subalterne.
    Ce gars là, je ne le connais ni d’Eve ni d’Adam, je ne lui dois rien. Donc il peut aller se faire BIIIIP (J’ai pas le droit de l’écrire c’est un blog tout public !!!).

Vous l’aurez compris, je n’étais pas très enclin à répondre favorablement à sa demande. Mais le coup de grâce est venu de ce fameux « communiqué de pêche ». Ce communiqué de presse, s’il a été fait par un professionnel, est une faute professionnel et même un motif de licenciement à lui seuil.
Il est d’une banalité affligeante. Je résume l’idée de la première phrase du communiqué : « En france, il y a beaucoup de points d’eau et beaucoup de pêcheurs « . Pour pondre une telle phrase, le mec a du faire normal sup et l’ENA. Il a du s’assoir pour récupérer après une telle activité de création intellectuelle.

Il explique que le livre est très visuel, il y a des photos, des beaux dessins et facile à lire.
Il a voulu même dire que même des gars incultes et illettrés pourrait le livre (l’image qu’il doit se faire des pêcheurs!!!)

Il dit ensuite que ce livre intéressera tout le monde. Il ne connait pas du tout son sujet cet attaché de presse, un livre de pêche qui intéresse tout le monde. Si ça intéresse tout le monde quel est l’intérêt de le distribuer aux pêcheurs si ce n’est que pour parler de banalités de la pêche. Le pêcheur recherche généralement des réponses à sa pratique particulière, aux carnassiers, à la carpe, à la truite…
Si ce livre contient tous ces renseignements, il doit ressembler à une bible avec plus de 5000 pages (c’est ce que doit demander un livre qui parle de toute les pêches en eaux douces). Malheureusement, il fait moins de 230 pages avec des illustrations.

Je vous passe la partie où il parle de l’auteur, elle est tout aussi affligeante. Je plains l’auteur de ce livre parce que la maison d’éditions lui fait de la com’ négative. Je peux vous faire une prédiction. Avec une com comme ça, le livre n’est pas prêt de se vendre.

Il est peut être bien ce livre, je ne l’ai pas eu dans les mains. Mais il est vendu par des incompétents.

Voila ça fait du bien de se défouler…
Le blog retrouvera bientôt une activité normale.

A Lire Aussi:

05Juil

1 Commentaire sur “Bon ça s’écrit avec un b pas avec un c”

  1. Dugomo dit :

    LOL, si je puis me permettre. Rassure toi, il n’y a pas que dans le domaine de la pêche, c’est pareil partout. On voir régulièrement sur Twitter des blogueurs high-tech, ou dans des domaines plus de niche, comme les recettes de cuisine ou les produits de beauté, se plaindre de ce qu’on les prend pour des imbéciles.
    La raison en est que depuis l’explosion des blogs et des réseaux sociaux, les marketeurs sont conscients qu’ils disposent là d’un formidable levier pour leur business. Un levier qui peut aussi s’avérer dévastateur, comme je l’avais écrit dans ce billet sur les fabricants de matériel de pêche .

    Et comme partout, on a deux cas :
    – les gens intelligents qui font bien leur métier, considèrent qu’ils ont des humains en face et les traitent comme tels.
    – les imbéciles qui se croient supérieur à tout le monde, parce que qu’ils ont fait telle ou telle école de commerce.

    Et hélas, le deuxième cas est de loin le plus répandu.

Laissez une réponse